Kevin Petrecca, MD, Ph.D., FRCS(C)

Chaire William Feindel en neuro-oncologie, Institut neurologique de Montréal; Chef de service de neurochirurgie du Centre universitaire de santé McGill; Professeur agrégé de neurologie et neurochirurgie, Université McGill
Le chercheur du mois: 
May 2017

 

Nouvel espoir pour les patients atteints d'un cancer du cerveau

Le combat contre le cancer du cerveau représente un défi de taille pour la médecine. Le glioblastome est l’un des types de cancer du cerveau le plus répandu, et des plus agressif.

Procéder à l’ablation de la tumeur avant d’entreprendre les traitements de radiothérapie et de chimiothérapie reporte la récurrence des glioblastomes de façon significative et prolonge la durée de vie des patients. Le nouveau mode de détection des cellules cancéreuses mis au point par le Dr Kevin Petrecca, chef du service de neurochirurgie et chercheur spécialiste du cancer du cerveau à l’Institut et Hôpital neurologiques de Montréal (Neuro), alimente l’espoir des patients atteints de ce cancer cérébral invasif.

Le Dr Petrecca a créé une sonde peropératoire puissante visant à détecter les cellules cancéreuses. Durant l’opération, les chirurgiens peuvent maintenant repérer avec précision presque toutes les cellules cancéreuses invasives, en temps réel, grâce à la sonde portative de spectroscopie Raman. La sonde est supérieure à la technologie existante et pourrait établir une nouvelle norme de réussite dans la chirurgie des tumeurs du cerveau.

« Il est souvent impossible de reconnaître avec distinction les cellules cancéreuses des cellules saines du cerveau, d’où la fréquence d’une résurgence des cellules cancéreuses invasives après l’opération, d’une récurrence du cancer, et d’un pronostic très moyen », explique le Dr Kevin Petrecca, détenteur de la Chaire William Feindel en neuro-oncologie, à l’Institut neurologique de Montréal, et professeur agrégé en neurologie et neurochirurgie, à l’Université McGill. « Réduire au minimum le nombre de cellules cancéreuses de façon chirurgicale améliore le pronostic des patients ».

Conçue et développée en partenariat avec le Dr Frédéric Leblond, professeur en génie physique à l’École Polytechnique de Montréal, la sonde est basée sur une technologie au laser apte à mesurer la lumière dispersée par les molécules de la tumeur cancéreuse.

La sonde Raman a été testée sur des patients atteints de gliomes de grade 2, 3 et 4, qui sont des cancers très invasifs. « Nous avons démontré que la sonde peut aussi détecter des cellules cancéreuses invasives de tous les grades de gliomes invasifs, précise le Dr Petrecca. Il existe de solides données selon lesquelles l’étendue de l’ablation d’une tumeur affecte le pronostic pour tous les grades de gliomes invasifs. »

« Aucun doute dans mon esprit, cette innovation est de type transformationnelle. », ajoute-t-il.

Une bataille sur plusieurs fronts

Le Dr Petrecca et son équipe du Neuro se sont acharnés à combattre la nature insidieuse de la régénérescence des cancers sur plusieurs fronts. En plus de ces techniques sophistiquées en chirurgie, il pousse sa recherche jusqu’à vouloir empêcher la régénérescence tumorale au niveau génétique.

Six ans de recherche et d’essais ont mené à une approche spécifique basée sur une thérapie génique qu’il décrit comme « un commutateur pour éteindre la capacité des cellules cancéreuses de se répandre. » Le Dr Petrecca et son équipe ont mis au point un agent moléculaire transgénique qu’ils ont d’abord inoculé dans une culture cellulaire cancéreuse puis en phase préclinique dans des modèles. Dans les deux cas, l’activité cellulaire cancéreuse s’est interrompue.

« L’une des approches pour stopper l’expansion des cellules cérébrales cancéreuses est d’inhiber l’expression de certains gènes, » dit le Dr Petrecca qui, avec ses collègues, est prêt à mener cette thérapie à l’étape des essais cliniques. « La prochaine étape consiste à implanter un système d’injection par lequel l’agent est directement introduit dans la tumeur cancéreuse, précise le Dr Petrecca. Cette méthode pourra être utilisée pour soigner plusieurs types de cancers cérébraux. »

De l’espoir à l’horizon

Le travail du Dr Petrecca pour mettre au point de nouvelles thérapies préventives contre l’invasion des cancers du cerveau a permis à son équipe d’obtenir, en avril 2014, une bourse d’innovation de 170 500 $ octroyée par la Société canadienne du cancer. Ce projet est consacré à une étude sur les gènes impliqués dans l’expansion des glioblastomes. Il a découvert que le gène DRR est un important moteur d’expansion du cancer. Il travaille actuellement à développer une thérapie d’inhibition génique en mesure de bloquer l’expression du DRR et il procède à des essais précliniques sur des modèles souris pour vérifier son efficacité.

Cette utilisation de technologies novatrices, de paire avec des traitements conventionnels de radiation et de chimiothérapie, est une approche à multiples facettes que le Dr Petrecca favorise pour éradiquer les cancers du cerveau et donner l’espoir de vivre aux patients.