Autres Animaux & Recherche

Même si la plupart des recherché s’effectuent sur des rats et des souris, certaines caractéristiques biologiques et phycologiques de ‘l’être humain  s’observent mieux chez d’autre animaux.

Les COCHONS on joue un rôle capital dans l’étude de la cicatrisation des brules. La peau de cochon sert en effet de bandage temporaire qui protège les patients contre les infections et permet a la peau humaine de se régénérer.1

  • On doit aux recherches menées sur les cochons la mise au point du tomodensimètre qui permet aujourd’hui aux médecins d’examiner différents organes sans chirurgie.2
  • À l’instar des chiens, les cochons sont utilises dans les études sur la chirurgie cardiaque, l’anesthésie et les traitements non chirurgicaux des patients victimes de malaise cardiaque.

Les recherches sur les MOUTONS atteints de déficience rénale ont donne aux chirurgiens las possibilité de raffiner la technique du pontage artério-veineux, procédé qui permet aux patients atteints de déficience rénale d’être mis sous dialyse pour des traitements a longe terme.

Ces recherches ont également permis de mieux comprendre et de mieux traiter les problèmes qui surgissent pendant la grossesse humaine ainsi que chez les nourrissons après leur naissance. Ainsi, les moutons ont été utiles a l’élaboration et a l’expérimentation d’un procédé qui maintient l’activité pulmonaire des nourrissons peu après leur naissance.3

Les FURETS sont utilises pour étudier les virus de la grippe et autres maladies virales.4

La MARMOTTE D’AMÉRIQUE a largement fait progresser les connaissances sur le cancer du foie de l’être humain. Les virus de l’hépatite de la marmotte et de l’être humain sont comparables. Les chercheurs ont par ailleurs trouve une corrélation entre le virus de l’hépatite B et l’apparition du cancer du foie, maladie commune a l’être humain et a la marmotte.5

Le TATOU est avec le singe et la souris le seul animal que le bacille de la lèpre peut infecter. Les chercheurs sont donc en mesure d’expérimenter sr cet animal un vaccin contre cette maladie et élaborer un traitement préventif pour les pays ou la lèpre est encore prévalant.6

  • Les cochons d’Inde sont utilises dans le cadre de recherches sur la nutrition.
  • Le cochon d’Inde a besoin de vitamine C, ce que facilité l’induction et l’étude des carences en vitamine C.7

Le HOMARD sert à l’étude de la coordination motrice pour le traitement de certaines maladies comme la syphilis, la maladie de Parkinson et la chorée d’Huntington. Alors que l’être humain possède entre 10 et 100 milliards de neurones, le homard n’en a que 30. Cela permet aux chercheurs d’identifier et d’étudier les échanges électriques et chimiques qui s’effectuent dans le système nerveux et qui interviennent dans la locomotion.8

L’oreille moyenne des CHINCHILLAS étant anatomiquement comparable, quoique plus large, a celle de l’être humain, ceux-ci constituent d’excellents modèles pour le traitement des otites de l’oreille moyenne chez las enfants.9 Les chinchillas sont également utilises pour l’étude de la surdité après exposition au bruit.

Les ANGUILLES ÉLECTRIQUES son utilisées dans le cadre d’études neurobiologiques et les données qui en découlent sont ensuite appliquées au system nerveux de l’être humain. L’anguille électrique d’Amazonie envoie des ondes de choc à ses ennemis et a ses proies, ce qui en fait un important modèle pour l’étude des sphères bioélectriques et chimiques du système nerveux.10

Comme les bébés OPOSSUMS se développent dans une poche extérieure, les chercheurs utilisent ces marsupiaux pour étudier le développement précoce des organes, du système nerveux central et du système immunitaire.11

  • Les opossums sont également utilises dans le cadre de recherches sur l'œsophage dont la physiologie est comparable a celle de l’être humain.12
  • En captivité, les opossums peuvent développer une endocardite bactérienne qui sert de modèle à l'étude de cette maladie.13

La LOTTE DE MER est étudiée pour ses ilots pancréatiques qui produisent de l’insuline et d’autres hormones. Cela permet l’étude de la production d’insuline et l’application des données ainsi obtenues au traitement du diabète chez l’être humain. 14

Le tissue cardiaque de l’AXOLOTL, ou salamandre mexicaine, permet la manipulation des cellules cardiaques et leur division. Ce faisant, les chercheurs peuvent observer de très prés la division des cellules cardiaques et transférer ces données au cœur humain qui ne régénère pas ses cellules après un malaise cardiaque.14

Les LIMACES ont joue un rôle essential dans les recherches portant sure la mémoire a court et a long terme et les procédés de développement du caractère. Même si les limaces sont des créatures très simples, elles on la même capacité que l’être humain à agir en fonction d’expériences agréables ou pénibles.16

Les chercheurs utilisent le PIGEON pour étudier la maladie cardiaque coronarienne. Les pigeons soumis à un régime riche en cholestérol développent de l'athérosclérose ou durcissement et  épaississement des artères. Les pigeons deviennent alors d’excellents modèles pour l’expérimentation de traitements chez l’être humain.17

De nombreuses espèces de POISSONS sont utilisées dans les recherches biomédicales dont les études sur la régulation de la température, les électrolytes, la génétique, les maladies bactériennes et la pollution de l’eau.

  • Les poissons rouges sont utilises dans le cadre d’études neurologiques et d’études sur la vision.
  • La truite arc-en-ciel sert de modèle à l’étude du cancer de la voie.
  • Le système immunitaire des requins semble les rendre virtuellement invulnérables au cancer. Les chercheurs étudient donc les cellules immunitaires des requins en vue de déterminer si elles sont plus efficaces que celles des êtres humains.
  • De nombreux poissons tropicaux sont utilises dan le cadre d’études sur les tumeurs de la peau ou mélanomes. 18

Les ESPECES MANACEES qui vivent à l’état sauvage ne sont jamais utilisées pour la recherche. De fait, de nombreuses études sont effectuées en vue d’assurer leur protection, notamment dans le domaine de la reproduction et du transfert d’embryons en vue d’assurer leur survie.

BIBLIOGRAPHIE

1Nanney, LB : Epidermal and dermal effects of epidermal growth factor during wound repair. J Invest Dermatol 1990; 94(5): 624-9.
2National Research Council: Use of Laboratory Animals in Biomedical Research. Washington, D.C.: National Academy Press, 1989.
3Kinsella, JP; Gerstmann, DR; Rosenberg, AA: The effect of extracorporeal membrane oxygenation on coronary perfusion and regional blood flow distribution. Peatr Res 1992 Jan: 31(1): 80-4.
4Rarey, KE; Davis, JA; Rush, NL; et al: Effects of influenza infection aspirin, and an arginine-deficient diet on the inner ear in Reye’s syndrome. Annotoal Rhinal Laryngol 1984 Nov-Dec; 93(6Pr 1): 551-7.
5Popper, H; Roth, L; Purcell, RH; Tennant, BC; Gerin, JL: Hepatocarcinogenicity of the woodchuck hepatitis virus. Proc Natl Acad Sci USA Feb; 84(3): 866-70.
6Truman, RW; Shannon, EJ: Hagstad, HV; et al: Evaluation of the origin of Mycobacterium leprae infections in the wild armadillo, Dasypus novemcinctus. Am J Trop Med Hyg 1986 May; 35(3): 588-93.
7Navia, JM and Hunt, CE: Nutrition, Nutritional Diseases and Nutrition Research Applications. In: Wagner, JE and Manning, PJ (eds), The Biolog of the Guinea Pig, Academic Press, NY, 1976.
8Dickinson, PS; Mecsas, C; Marder, E: Neuropeptide fusion of two motor-pattern generator circuits. Nature 1990 Mar 8: 344(6262): 155-8.
9Reilly, JS, Doyle, WJ; Cantekin, EI et al: treatment of ampicillin-resistant acute otitis media in the chinchilla. Arch Otolaryngol 1983 Aug: 109(8): 533-5.
10Powers, D: Fish as Model Systems. Science 246 (Oct. 20, 1989): pp. 352-358.
11Cutts, JH; et al: General Observations on the Growth and Development of the Young Pouch Opossum, Didelphis virginiana. Viol. Neonate, 33:264-272, 1978.
12Sarna, SK et al: Myogenic and neural control systems for esophageal motility. Gastroenterology, 73(6): 1345-1352, 1977.
13Sherwood, BF et al: Experimental bacterial endocarditis  in the opossum (D. virginiana). III. Comparison of spontaneous occurring endocarditis with that induced experimentally by phygenic bacteria & fungi. Am. J. Path., 64:513-520, 1971.
14Miligram, SL; McDonald, JK; Noe, BD: Neuronal influence on hormone release from anglerfish islet cells. Am J Phsiol 1991 Oct; 262(4 Pt 1): E444-56.
15McCourt, R: Model Patients. Discover. August 1990:36-41.
16Montgomery, G: Molecules of Memory. Discover 13 (Winter 1990-91); 38-47.
17Clarkson, TB; Prichard, RW et al: The pigeon as a laboratory animal. Lab Animal Care, 13(6): 767-780, 1963.
18Klontz, GW: fish as Research Models. Animal Models for Biomedical Research IV. National Academy of Science, Washington, D.C., 1971.